Slime

Une solution pour agir contre la précarité énergétique

Cette étape représente environ la moitié du financement du SLIME. Elle se concrétise par deux visites au domicile des ménages, parfois une seulement.

Cette étape fait l’objet d’une formation  de huit jours disponible dans toutes les régions et intitulée « Réaliser un diagnostic sociotechnique au domicile de ménages en précarité énergétique ».

Éléments méthodologiques

Le déroulement du diagnostic sociotechnique

Les chargés de visite, qui réalisent le diagnostic sociotechnique, recueillent des données, concernant :
– l’état du bâti et des équipements : date de construction de l’immeuble ou de la maison, état du logement, dégradations visibles à l’œil nu, niveau d’isolation, type et performance des appareils de chauffage…
– les usages dans le logement : utilisation des appareils électroménagers, gestion de l’eau et de l’énergie…
– la situation sociale et financière du ménage : nombre de personnes, revenus, charges, factures d’eau et d’énergie, type d’abonnement eau et énergie…

Les chargés de visite fournissent gratuitement et installent des petits équipements économes en eau et en énergie. L’investissement par ménage s’élève en moyenne à 60 euros. Les équipements peuvent être catégorisés en deux types :
– allègement de la facture la première année : ampoules (basse consommation ou LED), coupe-veille automatique, systèmes hydro-économes…
– amélioration de la sensation de confort : boudins de porte, doubles-rideaux épais, réflecteurs de chaleur…

Les chargés de visites ont aussi pour mission d’apporter aux ménages des conseils personnalisés tenant compte du diagnostic réalisé. Ces conseils concernent généralement les éco-gestes à adopter pour réduire leurs consommations d’énergie et d’eau.

Enfin, à l’issue de la visite de diagnostic sociotechnique, les chargés de visite rédigent un rapport de visite qu’ils transmettent au ménage et, selon les cas, au donneur d’alerte, au travailleur social référent, au bailleur public ou privé (avec l’accord du locataire), à la structure partenaire vers laquelle le ménage va être orienté et/ou au comité d’orientation. Ce document détaillé rend compte des constats réalisés lors de la visite et donne lieu à des préconisations de différentes natures : les éco-gestes (également expliqués oralement), le changement de type d’abonnement d’eau et d’énergie, la réalisation de petits travaux… Le rapport est soit remis à l’occasion d’une deuxième visite, soit envoyé par courrier ou par mail.

Choisir les équipements pour réaliser des économies d’énergie et d’eau

Le projet européen ACHIEVE indique que ces équipements apportent en moyenne une économie de 172 € (pour un investissement en équipement de 68€), ?soit 37 m3 d’eau, 820 kWh, 170 kg de CO2 évités par ménage, à laquelle on peut ajouter 116 € d’économies (soit 26 m3 d’eau, 654 kWh, la première année) si la famille réalise effectivement les éco-gestes enseignés et choisis de manière volontaire.

L’installation d’équipements n’est réellement efficace que si ceux-ci sont adaptés aux besoins du ménage et de son logement. Il ne s’agit pas de distribuer des kits standard mais bien d’installer ou de faire installer par le ménage des équipements adaptés, dans le cadre d’une seconde visite au besoin.

Option 1: Equipements adaptés au logement
Avantages
– Adaptation totale à un coût identique
– Certitude que ce qui est installé est utile
– Possibilité de faire fabriquer certains par une association d’insertion ou lors d’ateliers collectifs (boudins de porte, rideau isolant…)
Inconvénient:
– Difficulté de gestion des stocks

Option 2: Kit standard
Avantages:
– Les analyses sont plus simples pour l’évaluation des économies d’énergie réalisées dans le cadre du dispositif (si on s’assure que les équipements sont effectivement installés et pas simplement remis)
Inconvénient:
– Risque que les équipements ne soient pas adaptés

Effectuer une ou deux visites au domicile d'un ménage

Les chargés de visite ont la possibilité de réaliser une ou deux visites par ménage. Même si l’idéal est de réaliser deux visites pour un diagnostic sociotechnique complet, certaines collectivités font le choix de le faire en une visite, souvent pour des raisons de moyens.

Option 1: Réaliser une seule visite
Avantage:
– Eviter un nouveau rendez-vous
Inconvénient:
– Il peut manquer un suivi avec la famille

Option 2 : Réaliser 2 visites
Avantage:
– S’adapter aux besoins du ménage constatés lors de la première visite, en installant des équipements adaptés lors de la seconde
– Possibilité de vérifier lors de la deuxième visite l’appropriation et l’utilisation des équipements installés lors de la première
Inconvénients:
– Chronophage
– Frais de déplacement plus élevés

Choisir le profil des chargés de visite

Différents profils de chargés de visite sont possibles pour réaliser les visites et accompagner les ménages. Voir dans le tableau ci-contre les avantages et inconvénients de chaque profil, tels qu’analysés par les collectivités pilotes.

Former et accompagner les chargés de visite

Les personnes recrutées ou mobilisées pour réaliser les visites à domicile ont des compétences et des besoins en formation différents et sont employées par des structures diverses qui n’ont pas les mêmes ressources en matière d’encadrement et de formation : collectivité territoriale, association, entreprise d’insertion…

Il est important que chaque chargé de visite, quel que soit son niveau d’études, acquière les bases permettant la bonne réalisation des diagnostics sociotechniques.

Réaliser les visites seul ou en binôme

Les visites à domicile peuvent être réalisées par des chargés de visite qui interviennent seuls ou en binôme.

Option 1 : intervention en binôme
Avantages
– Complémentarité entre les profils « conseiller énergie » et « travailleur social »
– Recueil de données plus complet
– Approche globale
– Les chargés de visite se motivent entre eux, sécurité mieux assurée (en cas de problème)
– Plus confortable pour l’installation de matériel
– Pour les profils peu diplômés (emploi d’avenir, volontaire du service civique) : nécessité de travailler en binôme
Inconvénients
– Gestion des congés et des absences quand les visites sont systématiquement réalisées en binôme
– Chronophage

Option 2 : intervention seul
Avantages
– Les premières visites se font en binôme
– Autonomie et réactivité plus fortes
Inconvénient
– La visite dure plus longtemps

Intervenir à domicile en binôme

L'exemple du Conseil départemental du Jura

Le Conseil départemental du Jura s’appuie sur un binôme constitué de l’animatrice du SLIME (profil de travailleur social) et d’un conseiller énergie de l’association Ajena, spécialiste des questions de maitrise de l’énergie dans le logement.

Quel profil choisir entre un ambassadeur de l’efficacité énergétique et un volontaire du service civique ?

L'exemple de Valence Romans Sud-Rhône-Alpes

La communauté d’agglomération de Valence Romans Sud Rhône-Alpes a expérimenté deux profils différents pour la réalisation du diagnostic sociotechnique : les volontaires du service civique d’UnisCité et les emplois d’avenir recrutés en régie.

Recruter et former les chargés de visite

L'exemple du Conseil départemental du Pas de Calais

Le Conseil départemental du Pas de Calais a recruté et formé neuf chargés de visite, déployés sur les unités territoriales. Depuis la fiche de poste jusqu’au parcours de formation, la collectivité a construit un parcours adapté à ces jeunes en emplois d’avenir.

L'exemple du Conseil départemental du Val de Marne

Le Conseil départemental du Val de Marne a recruté et formé douze chargés de visite, pour l’expérimentation de son SLIME sur trois communes. Depuis la fiche de poste jusqu’au parcours de formation, la collectivité a construit un parcours adapté à ces jeunes en emplois d’avenir.

Accompagner un chargé de visite au delà de sa formation initiale

L'exemple du Conseil départemental du Lot

Le conseil départemental du Lot s’appuie sur l’agence locale de l’énergie Quercy Energies pour l’animation, la réalisation des diagnostics sociotechniques et la montée en expertise de l’ambassadeur de l’efficacité énergétique recruté par la collectivité pour doubler le nombre de ménages bénéficiaires.

L'exemple de la Ville de Montfermeil

La ville de Montfermeil s’appuie sur Croix-Rouge Insertion Logiscité pour l’animation, la réalisation des diagnostics sociotechniques et la montée en expertise des ambassadeurs de l’efficacité énergétique recrutés par la collectivité.